• 03 88 75 06 18
  • information@cpme-67.fr

Category ArchiveNon classé

Conférence de Matignon : la CPME souhaite voir émerger des solutions territoriales

lundi 06 mai 2019

La CPME a participé ce jour à la Conférence sur la « mobilisation nationale et territoriale sur l’emploi et les transitions » présidée par le Premier Ministre.

A cette occasion, François Asselin a manifesté son accord sur les priorités évoquées qu’ils s’agissent des apprentis, des offres d’emplois non pourvues, des moyens de faciliter le retour à l’emploi, de la réindustrialisation ou de la transition climatique. Il a cependant insisté sur le volet territorial à mettre en œuvre en mobilisant de manière pragmatique les moyens et budgets déjà disponibles.

Sans rajouter des prélèvements et/ou des strates supplémentaires. 

En ce sens, il est à souligner que certaines bonnes idées théoriques peuvent s’avérer contre-productives. À cet égard, une éventuelle prime mobilité ne doit pas être obligatoire et uniforme mais facultative et tenant compte des réalités économiques et territoriales. Inciter au covoiturage peut être une bonne idée mais attention à ne pas limiter la réflexion aux seules problématiques urbaines et/ou avec un prisme grandes entreprises.

Aussi, pour faire en sorte d’aboutir à des mesures constructives, pragmatiques et adaptées aux artisans, aux commerçants et aux PME maillant le tissu économique, la CPME est prête à mobiliser ses unions territoriales présentes dans tous les départements français.

Grand Débat National : Propositions des chefs d’entreprise TPE/PME

Afin de verser au Grand Débat National les propositions des TPE/PME françaises, la CPME vous a mobilisé par le biais d’un grand sondage, réalisé auprès de nos 104 unions départementales.

Vos contributions ont permis d’élaborer cette synthèse nationale que nous vous transmettons en pièce jointe.

Encore un grand merci pour votre implication.

Bonne lecture.

Mouvement des Gilets Jaunes : la catastrophe guette le petit commerce

Samedi après samedi la situation devient de plus en plus catastrophique pour des milliers de commerçants à travers tout le territoire. Pour éviter les dégradations et pillages nombre d’entre eux préfèrent baisser le rideau se privant ainsi de ce chiffre d’affaires dont ils ont tant besoin.

D’autres, pourtant situés à l’écart des zones de manifestations, constatent une baisse de fréquentation.

Le chiffre d’affaires perdu ne se rattrape pas. Les dispositifs de soutien mis en place par le gouvernement n’y changent malheureusement rien.

Aujourd’hui les résultats sont là : 70 000 personnes sont en activité partielle, plus de 5000 établissements sont concernés. Et dans 93% des cas il s’agit de PME.

Maintenant il est temps que cela cesse !

Les commerçants ne sont en rien responsables de la situation actuelle. Eux aussi sont excédés par les taxes et les impôts. Eux aussi sont victimes de réglementations tatillonnes qui les étouffent. Ceux qui manifestent doivent comprendre qu’ils seront les premiers à subir les conséquences de la disparition programmée de ces milliers de commerçants de proximité condamnés, de leur fait, à une double peine.

« Les coulisses des Entreprises » A la découverte de la richesse et de la diversité de nos métiers.

Retrouvez en vidéo le témoignage de M. Christian Schmitt – Directeur ECF Llerena Strasbourg : https://youtu.be/c6Lf2m32CKE

Un grand merci à Monsieur Llerena et ses équipes !

Les jeunes représentent 20% de la population mais 100% de notre avenir, nous nous devons de sensibiliser nos futurs forces vives par des parcours de visite au sein des entreprises attractives de la région.

9 établissements sur 2 dates : 07 et 08 février 2019

Le public cible de cette opération sont les élèves du second degré (collégiens 4e/3e) du département (67-Bas-Rhin).

Concrètement, la CPME organise trois journées « Portes-Ouvertes » dans 9 entreprises disséminées dans tout le Bas-Rhin avec un parcours en immersion afin de leur faire découvrir l’envers du décor « Les Coulisses des Entreprises », l’ensemble des métiers y afférent et la diversité des domaines d’emploi.
 
Nous pouvons déjà nous féliciter de la participation d’entreprises dans des domaines variés qui ont choisi d’ouvrir leurs portes pour cette manifestation.

Totalement dans l’esprit et les valeurs qui animent la CPME 67, ce sont plus de 200 jeunes qui sont attendus sur ces 2 journées.

07 Février

ECF Llerena – 12 rue Saint Nazaire – Strasbourg 13h30 à 16h30 – Complet
Mr Bricolage – 33 Rue du Printemps – Erstein 9h30 à 11h – Complet
Plus que Pro – 13 rue de la Haye – Schiltigheim 10h30 à 12h – Complet

08 Février

SAPAM – 41-42, Rue du Marché Gare – Strasbourg 10h30 à 11h30 – Complet
Soprolux – 41-42, Rue du Marché Gare – Strasbourg 9h30 à 10h30 – Complet
E.Leclerc – 45 Rue du Printemps – Erstein 10h à 12h – Complet
LIDL 1 Avenue de l’Energie – Bischheim 9h00 à 10h30 – Complet
LIDL 1 Avenue de l’Energie – Bischheim 10h30 à 12h – Complet
Wienerberger – 8 rue du Canal  – Achenheim 10h à 11h – Complet
Avenir et Bois – 10 Rue Albert Schweitzer – Ittenheim 13h30 – 16h00 – Complet

La CPME suspend sa participation aux négociations sur l’assurance-chômage

Alors que les partenaires sociaux mènent actuellement une négociation visant à réformer le régime d’assurance-chômage, le Président de la République, faisant fi de la lettre de cadrage pourtant écrite par le gouvernement, a réaffirmé vendredi sa détermination de mettre en place un bonus-malus sur les contrats courts.

Tous les efforts menés par les négociateurs pour « déprécariser » les contrats courts ont ainsi été balayés d’un revers de main.

La Confédération des PME, l’a dit et répété, elle se refuse à cautionner une nouvelle forme de taxation des entreprises qui créent des emplois.

La CPME a donc, à nouveau, alerté l’exécutif sur l’inanité du dispositif envisagé dont les effets seraient dévastateurs pour l’économie française et pour l’emploi dans notre pays. Elle a souhaité obtenir des clarifications sur la volonté réelle du Président de la République de laisser une chance d’aboutir à une autre solution, par le dialogue et la négociation sociale.

Sans la moindre réponse. En conséquence, la CPME suspend, jusqu’à nouvel ordre, sa participation aux négociations en cours sur l’assurance-chômage.

Grand Débat National

Les réformes en cours et à venir

Où en est-on ? Où va-t-on ? A quoi nous attendre ?»

04 février 2019 à 18h15

Hémicycle de la Région Grand-Est – 1 place Adrien Zeller – Strasbourg

Dans le cadre du Grand Débat National voulu par le gouvernement, il nous est apparu essentiel d’impliquer au plus tôt les entreprises et l’ensemble des acteurs économiques, institutionnels et corps intermédiaires qui seront forcément parties prenantes des futures orientations et décisions et qui ont tous le devoir d’être force de proposition dans un contexte social aussi tendu que celui que nous vivons.

La CPME du Bas-Rhin organise le Lundi 04 février 2019 à 18H15 ,une grande consultation sous forme de conférence/débat sur les réformes du gouvernement récentes, en cours et à venir, sur le rôle des territoires dans la mise en œuvre de ces réformes et sur l’impact qu’elles produisent déjà ou produiront demain pour les entreprises.

Sont conviés :

  • Monsieur Jean-Luc MARX, Préfet de la Région Grand Est et du Bas-Rhin
  • Madame Sophie BEJEAN, Rectrice de l’Académie de Strasbourg
  • Monsieur Thierry MICHELS, Député du Bas-Rhin
  • Monsieur Vincent THIEBAUT, Député du Bas-Rhin
  • Monsieur Jean ROTTNER, Président de la Région Grand Est
  • Monsieur Frédéric BIERRY, Président du Conseil Départemental du Bas-Rhin
  • Monsieur Bernard STALTER, Président de l’APCMA et de la CMA
  • Monsieur Jean-Luc HEIMBURGER, Président de la CCI Alsace Eurométropole
  • Monsieur Frédéric LEFEBVRE, Ancien Ministre et Député.

Vous êtes invités à venir dialoguer, faire entendre la voix des entreprises et alerter nos élus sur les avancées positives de ces réformes mais aussi les freins et les difficultés de votre quotidien de dirigeant.

L’occasion d’échanger sur :

  • Les grands thèmes de société tels que la place du logement, l’emploi, le numérique et la transition écologique, la justice sociale et fiscale, …

Mais aussi :

  • les impacts des lois PACTE, ELAN, de l’action « Cœur des Villes » ainsi que de la loi sur la liberté de choisir son avenir professionnel et plus particulièrement les dispositions qui visent la formation professionnelle et l’apprentissage,
  • les légitimes incertitudes et craintes des élus locaux devant la baisse majeure de leurs dotations et les stratégies développées par les différents acteurs économiques,
  • les attentes des entreprises et des citoyens concernant les institutions européennes, et ce, à moins d’un an des élections,…

Nous pourrons également évoquer les stratégies développées par le Gouvernement que ce soit en matière de développement économique, de transformation numérique et d’accompagnement des artisans et chefs d’entreprise.

La CPME a besoin de vous !

Concertation Nationale suite au mouvement des Gilets Jaunes
Pour répondre au mouvement des Gilets Jaunes le Président de la République a annoncé le lancement d’un grand débat national sur tout le territoire français. Cette concertation, qui se déroulera du 15 janvier au 15 mars 2019, s’appuiera sur les territoires et les acteurs locaux.

La CPME et ses structures territoriales se doivent donc de participer activement à ce débat national en se faisant le relai auprès des pouvoirs publics, des attentes des citoyens que sont les artisans, les commerçants et les dirigeants de TPE/PME.

Votre avis compte !
REPONDRE EN CLIQUANT ICI

Avant le 20 janvier 2019

Ces éléments seront transmis le 20 janvier 2019 à la CPME Nationale qui organise une réunion le 30 janvier 2019.
Nous comptons sur vous !
Le Bureau CPME 67

Prime Exceptionnelle de fin d’année exonérée – Premiers éléments

Suite aux annonces du président de la République, le gouvernement a confirmé qu’une prime totalement exonérée de charges et d’impôt pourrait être versée aux salariés en fin d’année et jusqu’au 31 mars 2019. Un projet de loi, détaillant ses modalités, a été communiqué ce jour pour avis à l’ACOSS.

Suite à la crise des « gilets jaunes », plusieurs mesures destinées à augmenter le pouvoir d’achat ont été annoncées par le président de la République le 10 décembre dernier.

Parmi celles-ci, il est prévu que les employeurs pourront, s’ils le souhaitent, verser à leurs salariés à la fin de l’année une prime dite prime exceptionnelle de pouvoir d’achat, totalement exonérée de charges et d’impôt.

Le dispositif a été introduit dans un projet de loi spécifique, qui sera présenté en conseil des ministres mercredi 19 décembre matin, et transmis à l’Assemblée nationale mercredi après-midi, pour une adoption dans les jours qui suivent. Il est conseillé aux employeurs d’attendre la confirmation du vote de ce projet avant de prendre toute décision.

Salariés concernés – Modulation de la prime
Aux termes du projet de loi, pour bénéficier de l’exonération, les salariés doivent percevoir un salaire brut inférieur à 3 SMIC valeur 2018, soit 4 495,49 € par mois pour 35 heures. Le SMIC applicable correspond au SMIC pour la durée légale du travail plus les heures supplémentaires, sans les majorations.

Les salariés doivent être présents au 31 décembre 2018 ou à la date de versement si celle-ci est antérieure.

La prime pourrait être versée à tous les salariés ou à ceux seulement dont la rémunération est inférieure à un plafond.

Par ailleurs, son montant pourrait varier entre les bénéficiaires en fonction :
• du niveau de rémunération ;
• de la durée de présence effective pendant l’année 2018;
• de la durée de travail prévue au contrat de travail.

Plafond

Pour bénéficier des exonérations, la prime ne devrait pas excéder un montant de 1000 € (par ailleurs, elle peut être réservée, au sein de l’entreprise, aux salariés dont la rémunération est inférieure à un plafond – voir ci-dessus).

Date de versement

Cette prime exceptionnelle pourrait être versée à compter du 11 décembre 2018 jusqu’au 31 mars 2019 inclus.

Caractère facultatif – Mise en place

Le versement d’une prime de fin d’année au titre de ce nouveau dispositif reste facultatif. Les employeurs seront seuls juges de leur capacité à procéder à ce versement ou non (1) .

Le montant de la prime, et le cas échéant son plafond et sa modulation selon les salariés, pourraient être définis :

• soit par accord d’entreprise conclu selon les modalités d’un accord d’intéressement (cf art L 3312-5 CT);
• soit par décision unilatérale arrêtée au plus tard le 31 janvier 2019. Dans ce cas, l’employeur doit en informer le CSE, le CE, les DP ou la DUP s’ils existent, au plus tard le 31 mars 2019.

Caractère non-substitutif

Par ailleurs, cette prime ne pourrait « se substituer à des augmentations de rémunération ni à des primes prévues par un accord salarial, le contrat de travail ou les usages en vigueur dans l’entreprise ». Elle ne pourrait non plus « se substituer à aucun des éléments de rémunération […] versés par l’employeur ou qui deviennent obligatoires en vertu de règles légales, contractuelles ou d’usage ».

Régime social et fiscal

La prime serait totalement exonérée de charges sociales salariales et patronales, de CSG-CRDS et d’impôts.

(1) A savoir : le taux horaire du SMIC devrait augmenter de 1,5 % en janvier 2019.

Tous unis, tous solidaires !

En réaction aux événements dramatiques qui viennent de toucher les strasbourgeois mais plus généralement notre pays tout entier, nous tenons tout d’abord à exprimer notre soutien et nos pensées attristées aux victimes et leurs familles.

Nos pensées vont également à toutes les strasbourgeoises et tous les strasbourgeois qui sont aujourd’hui sous le choc.

Le choix d’attaquer un lieu aussi symbolique que le marché de Noël de Strasbourg n’est pas anodin et nous rappelle cruellement que la menace reste omniprésente et que notre vigilance ne doit pas se relâcher. La sécurité est affaire de tous.

Nos pensées vont également vers nos forces de l’ordre qui luttent au quotidien pour maintenir notre sécurité, défendre notre démocratie et protéger notre mode de vie face à la barbarie. 

Nos pensées vont enfin aux acteurs économiques, commerçants, artisans et tous nos chefs d’entreprises. C’est dans ces moments tragiques que cohésion et unité doivent prendre le pas sur la peur, la colère et la tristesse.

Si l’heure est aujourd’hui au recueillement, nous ne changerons rien de ce qui fait nos valeurs et, ensemble, nous continuerons à tout mettre en œuvre pour faire avancer notre pays et assurer un avenir pour nos générations futures.

LE CONSEIL D’ADMINISTRATION
ET TOUTE L’EQUIPE DE LA CPME 67

Enquête CPME sur les gilets jaunes

Le mouvement des gilets jaunes, qui dure depuis plusieurs semaines, a désormais un impact réel sur l’économie et les entreprises.

Certains chefs d’entreprise accompagnent ce mouvement alors que d’autres s’y opposent.

Afin de prendre en compte l’avis de la diversité des adhérents qui composent la CPME, nous souhaitons vous interroger sur votre ressenti, afin de mieux vous représenter.

Pour répondre à ce questionnaire, qui vous prendra moins de 5 minutes, cliquez ici

Pour ceux qui nous ont déjà fait part de leurs difficultés, vous avez été très nombreux et nous vous en remercions mais nous aurions encore besoin de vos réponses.

Par avance merci.
Bien cordialement.

Le Bureau.