• 03 88 75 06 18
  • information@cpme-67.fr

Archives de l’auteur

Conférence de Matignon : la CPME souhaite voir émerger des solutions territoriales

lundi 06 mai 2019

La CPME a participé ce jour à la Conférence sur la « mobilisation nationale et territoriale sur l’emploi et les transitions » présidée par le Premier Ministre.

A cette occasion, François Asselin a manifesté son accord sur les priorités évoquées qu’ils s’agissent des apprentis, des offres d’emplois non pourvues, des moyens de faciliter le retour à l’emploi, de la réindustrialisation ou de la transition climatique. Il a cependant insisté sur le volet territorial à mettre en œuvre en mobilisant de manière pragmatique les moyens et budgets déjà disponibles.

Sans rajouter des prélèvements et/ou des strates supplémentaires. 

En ce sens, il est à souligner que certaines bonnes idées théoriques peuvent s’avérer contre-productives. À cet égard, une éventuelle prime mobilité ne doit pas être obligatoire et uniforme mais facultative et tenant compte des réalités économiques et territoriales. Inciter au covoiturage peut être une bonne idée mais attention à ne pas limiter la réflexion aux seules problématiques urbaines et/ou avec un prisme grandes entreprises.

Aussi, pour faire en sorte d’aboutir à des mesures constructives, pragmatiques et adaptées aux artisans, aux commerçants et aux PME maillant le tissu économique, la CPME est prête à mobiliser ses unions territoriales présentes dans tous les départements français.

CPME BAS-RHIN

Réaction de la CPME à la conférence de presse du Président de la République

Le Président de la République s’est exprimé sur ce qu’il entend mettre en œuvre à l’issue du grand débat.

Peu de mesures concernent directement les entreprises sauf l’augmentation d’impôt dissimulée sous le terme ambigu de « suppression des niches fiscales des entreprises ». A croire que le ras-le-bol fiscal des artisans, TPE et PME n’a pas été entendu !

Le flou règne également sur le financement des différentes mesures annoncées, la réduction des dépenses publiques et les économies restant, à ce stade, totalement imprécises. D’autant plus inquiétant que l’objectif de réduction de 120 000 fonctionnaires au cours du quinquennat, semble s’éloigner.

Au chapitre des mesures positives, le nouvel acte de décentralisation est en soit intéressant. Toutefois, cela devra se traduire par une diminution du millefeuille administratif et une baisse de la fiscalité locale. À ce stade rien n’est moins sûr.

De même la pérennisation en 2020 de la « prime exceptionnelle » est à saluer, sous réserve, bien entendu, que les conditions d’attribution restent inchangées.

Enfin la CPME, en sa qualité d’organisation patronale représentative des artisans, des TPE et des PME, prendra part à la concertation lancée sous l’égide du Premier Ministre pour trouver des solutions concrètes sur les transitions dans le domaine du travail et de l’emploi. Nous y ferons entendre la voix de ces petites entreprises implantées dans tous les territoires, qui auraient aimé entendre le Président de la République évoquer également la simplification, la diminution des normes et le carcan réglementaire qui les étouffe.

CPME BAS-RHIN

Chefs d’entreprise, osez la commande publique !

La CPME a organisé une conférence sur une commande publique au plus proche des PME, jeudi 18 avril.

Elle y a présenté le nouveau guide : Chefs d’entreprises, osez la commande publique ! en partenariat avec la Médiation des entreprises.

Ce guide est disponible en téléchargement ici (PDF)

CPME BAS-RHIN

Après la stupéfaction viendra le temps de la reconstruction

La CPME fait part de sa consternation à la suite de l’incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris. Il s’agit d’une perte incommensurable pour notre patrimoine historique et architectural.

Le temps de la reconstruction viendra. L’enjeu est à la hauteur de la perte.

CPME BAS-RHIN

Loi PACTE, une loi (enfin) pro-entreprises !

Après plus d’un an de travaux et de nombreux allers et retours législatifs, le projet de loi PACTE a été définitivement adopté ce jeudi 11 avril.

Cette loi est le fruit de consultations auxquelles la CPME a participé et qui ont permis de prendre en compte plusieurs propositions qu’elle a défendues, en faveur des PME.

Ainsi, des mesures proposées ou soutenues devraient se concrétiser. Il s’agit notamment de la suppression du seuil social de 20 salariés, de l’allégement des autres seuils (10 ; 50 et 250) sociaux et fiscaux et d’une mise sous condition d’un franchissement pendant cinq années consécutives pour l’entrée dans ces seuils. Même si cela ne va pas aussi loin que la CPME l’aurait souhaité, cette mesure devrait permettre de briser certains plafonds de verre freinant la croissance des TPE-PME.

De même, l’allégement de la publicité des comptes, mesure intégrée dans le texte à la demande de la Confédération, permettra à l’entreprise de mieux maîtriser l’usage qui est fait de ses informations financières, notamment par ses concurrents.

Marchés publics, simplifications, financement, RSE, épargne salariale … Cette loi comporte de nombreux dispositifs qui seront utiles aux PME. Contrairement à beaucoup de textes précédents, Pacte n’a pas eu pour objet de contraindre, mais bien de libérer les entrepreneurs.

Toutefois la CPME reste inquiète sur la définition de l’intérêt social des entreprises élargie aux enjeux sociaux et environnementaux. Faire peser sur l’entrepreneur une nouvelle obligation de moyens lui fera potentiellement courir un risque juridique.

De la même façon, la régionalisation des réseaux de Chambres des Métiers et de l’Artisanat (CMA) est un mauvais coup porté à cette proximité à laquelle sont si attachés les artisans.

Au final, et malgré ces bémols, la concertation réalisée avec les corps intermédiaires s’avère plutôt payante. Et ce sont les entreprises qui devraient être globalement gagnantes.

Un pas est fait. Beaucoup reste à faire.

A condition d’éviter d’alléger d’un côté et de complexifier de l’autre.

CPME BAS-RHIN

Délais de paiement. La loi du plus fort a encore de beaux jours devant elle

En première lecture le rapport annuel des délais de paiement 2018 publié aujourd’hui fait apparaître une stagnation des délais de paiement. Il cache en réalité des disparités importantes. En résumé, plus l’entreprise est petite plus elle peine à se faire payer dans les délais.

Si 70% des TPE/PME règlent leurs fournisseurs dans les délais, moins de 50% des grandes entreprises acquittent leurs règlements avant 60 jours.

A l’inverse, deux sur trois de ces mêmes grandes entreprises se font payer dans les temps. En clair, elles se font de la trésorerie sur le dos de leurs fournisseurs. La loi du plus fort a encore de beaux jours devant elle.

Quant à la sphère publique, en dépit de certains efforts la situation est encore loin d’être idéale. Dans une région sur deux les délais légaux de paiement ne sont pas respectés. Ici comme ailleurs les mêmes règles devraient pourtant s’appliquer au secteur public comme au secteur privé. Et on en est loin.

Les enjeux sont colossaux. Le non respect des délais de paiement impacte négativement la trésorerie des TPE/PME pour un montant annuel de 13 milliards d’euros. Autant d’argent que les petites entreprises qui en ont la capacité doivent trouver à prix d’or, auprès des banques. Quant aux autres, c’est leur existence même qui est en jeu, les délais de paiement étant à l’origine de près de 25% des défaillances.

CPME BAS-RHIN

Patrons de PME, mobilisez-vous le 26 mai !

Pour François Asselin : « l’avenir de votre entreprise se joue aussi à Bruxelles ».
Et retrouvez les propositions de la CPME pour une politique européenne dédiée aux PME : http://bit.ly/2FVsl6Y

[#Europeennes2019] Patrons de PME, mobilisez-vous le 26 mai ! Pour François Asselin : "l’avenir de votre entreprise se joue aussi à Bruxelles".Et retrouvez les propositions de la #CPME pour une politique européenne dédiée aux PME : http://bit.ly/2FVsl6Y

Publiée par CPME sur Vendredi 5 avril 2019
CPME BAS-RHIN

Elections européennes 2019

Hier, le Président François Asselin a accueilli dans les locaux de la CPME, François-Xavier Bellamy, tête de liste Les Républicains et Nicolas Dupont-Aignan, tête de liste Debout la France, pour débattre sur l’Europe avec des patrons de TPE-PME.

Détachement des travailleurs, réciprocité des marchés UE – hors UE, taxe GAFA, concurrence déloyale… 
Tous les sujets ont été abordés.

CPME BAS-RHIN

L’Engagement au Féminin

A l’occasion de la journée des droits des femmes, la CPME 67 a organisé une rencontre entre Anne Sander, Députée Européenne et nos femmes entrepreneurs au Parlement Européen de Strasbourg, haut lieu symbolique.

L’égalité hommes/femmes, la parité aussi bien en politique que dans les entreprises, la place de la femme dans notre société et les équilibres à trouver… De nombreux thèmes ont été abordés sans tabou.

A l’issue de cette rencontre, la CPME 67 par la voix de son Président Philippe Llerena a choisi d’honorer Martine Wernette, une femme d’exception en lui remettant le prix « Engagement au Féminin – Prix Simone Veil ». Un moment d’émotion partagé. 
Pour conclure, retenons cette phrase de Martine Wernette, empreinte de bon sens :  » Arrêtons de penser que les femmes sont fragiles, elles sont plus fortes que bien des hommes ! « 

CPME BAS-RHIN

Grand Débat National à la CCI Eurométropole

Le 04 mars, la CPME du Bas-Rhin, le MEDEF Alsace et la CCI Alsace Eurométropole se sont réunis dans le cadre du Grand Débat National. Plus de 60 chefs d’entreprises ont échangé, débattu et exprimé des propositions sur des thèmes économiques mais aussi de la vie citoyenne.

Fiscalité, dépenses et actions publiques, organisation de l’Etat et des services publics, transition écologique… Des débats riches et constructifs et un vœu formulé de manière collégiale: Retrouvons-nous régulièrement afin de réfléchir ensemble et proposer au gouvernement des solutions concrètes.

CPME BAS-RHIN